La genèse

En février 2012 ma fille a 6 mois, mon fils 10 ans et je travaille sur trois spectacles non stop.
Comment est-il possible d’être actrice, metteure en scène, d’élever ses enfants, d’être amoureuse, de s’occuper de ses aînés, d’être une femme libre, d’être toutes ces femmes en une même vie sans super pouvoirs ? 
A la même période, on me demande de mettre en scène un défilé de mode théâtral, de mettre en image toutes les femmes que nous sommes. Je me questionne sur la place de la femme dans la société contemporaine. 
Le défilé WONDER WOMAN voit le jour avec ses top-models hors-normes : 30 femmes mères de famille, adolescentes, à la retraite, tatouées, exilées politiques, Françaises, sans papier,  grosses, maigres, enceintes, au chômage, en activité. C'est le déclic ! 

J’achète alors un costume à 25 euros sur internet et je commence à me photographier dans ma vie quotidienne en super héroïne de la condition féminine pour nous raconter toutes.

La prise de vue

Comme au cinéma, je repère les lieux, je fais le cadre, j’explique la situation de jeu aux acteurs de ma vie, on improvise, j’enfile le costume et celui qui est hors-cadre shoote, donnant ainsi une part de surprise et d’aléatoire au cliché.


Tel un story-board, la série Wonder Woman, auto-fiction familiale commencée il y a maintenant 5 ans, est toujours en cours suivant le fil du temps, les faits marquants de l’actualité et l’histoire de ma vie.